Le comité technique national du projet ‘’Initiative pour les pêches côtières’’ a pris part, le mercredi 20 juillet, à une réunion organisée la direction de l’aquaculture et des pêches à Treichville.Cent soixante-quinze (175) acteurs nationaux de la pêche artisanale, exerçant sur les débarcadères de Locodjro et Sassandra, bénéficieront dans les prochaines semaines, d’un programme de renforcement des capacités, sur la gouvernance, la gestion et les chaînes de valeur de la pêche. Initié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), à travers le projet ‘’Initiative pour les pêches côtières pour l’Afrique de l’Ouest (Ipc-AO), ce projet a pour but d’impliquer davantage, les jeunes ivoiriens dans le secteur de la pêche artisanale.

En Côte d'Ivoire, les ravages de la pêche illégale

L’information a été livrée le mercredi 20 juillet 2022, au cours de la deuxième réunion du Comité technique national, tenue à la direction des pêches, à Treichville, par l’administrateur national du projet IPC-AO, Koné Aboubakar. Selon lui, la Fao entend, à travers ce projet de renforcement des capacités, parvenir à la sécurité alimentaire, mais aussi et surtout contribuer à l’autonomisation des femmes, estimées à 99% dans la post-capture de poisson. Il a ajouté que la formation va se tenir sur les sites de Locodjro et Sassandra, à une période qui correspondant à la petite saison de pêche. « La formation qui sera exécutée par Inades-Formation, vise à outiller les mareyeuses sur les bonnes pratiques d’hygiènes, sur le leadership féminin, la gestion financière, l’approche écosystème et de fabrication notamment à l’utilisation des fours Thiaroye de transformation (Ftt) ».

Dans le même sens, le consultant national de la chaîne de valeur des produits de la pêche pour la Fao, Dr Labla Diomandé, a souligné que’en Côte d’Ivoire, la pêche artisanale est estimée à plus de 60 000 tonnes. Soit 60% au moins, de la production halieutique nationale. Il a aussi précisé que le programme IPC-AO est mis en œuvre dans trois pays. A savoir le Cap vert, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Avec pour thème : « Offrir des avantages environnementaux, sociaux et économiques durables en Afrique de l’Ouest, grâce à une bonne gouvernance, des incitations correctes et l’innovation ».

Initié par le Fonds mondial pour l’Environnement (FEM). Il est mis en œuvre par la Fao, en partenariat avec le programme des Nations Unies pour l’Environnement (Pnue).

Source: linfodrome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici